« Action cœur de Ville »

ACTION COEUR DE VILLE

J’ai le plaisir de vous annoncer qu’Arles et Tarascon sont retenues dans ce programme de revitalisation des centres-villes.

Les engagements pris par Emmanuel Macron et le Gouvernement sont mis en œuvre, Jacques MÉZARD, Ministre de la Cohésion des territoires, a annoncé ce 27 mars 2018 les 222 villes réparties dans toutes les régions qui bénéficieront d’une convention de revitalisation sur 5 ans pour redynamiser leur centre-ville, Arles et Tarascon sont retenues.

Le plan « Action cœur de ville » répond à une double ambition : améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter leur rôle de moteur de développement du territoire. Si un cœur de ville moyenne se porte bien, c’est l’ensemble du bassin de vie, y compris dans sa composante rurale, qui en bénéficie. Élaboré en concertation avec l’association Villes de France, les élus locaux et les acteurs économiques des territoires, le programme vise à faciliter et à soutenir le travail des collectivités locales, à inciter les acteurs du logement, du commerce et de l’urbanisme à réinvestir les centres villes, à favoriser le maintien ou l’implantation d’activités en cœur de ville, afin d’améliorer les conditions de vie dans les villes moyennes.

Ces villes sont créatrices de valeur dans notre pays. Elles portent une partie du développement du pays, aujourd’hui et demain. C’est dans ces villes par exemple, bien plus que dans les métropoles, que le rebond industriel commence à apparaître. Pour les accompagner, elles doivent retrouver des investisseurs, trouver de la ressource, valoriser leur patrimoine qui est un actif que l’on nous envie partout dans le monde.

Ce programme repose sur 5 axes structurants :

– De la réhabilitation à la restructuration : vers une offre attractive de   l’habitat   en centre-ville

– Favoriser un développement économique et commercial équilibré

– Développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions

– Mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public et le patrimoine

– Fournir l’accès aux équipements et services publics

L’objectif n’est pas de dire aux territoires ce qu’ils doivent faire, mais de les aider à construire et mener à bien leur projet: avoir accès au meilleur de l’expertise et les accompagner là où ils en sont, comme ils sont et encourager, favoriser leurs dynamiques.

L’appui aux projets de chaque commune repose sur des cofinancements apportés par les partenaires : plus de 5 milliards d’euros mobilisés sur 5 ans .

Le programme est mis en œuvre avec les collectivités territoriales fédérant les partenaires, nationaux comme locaux : 

– le maire, en lien avec le président de l’intercommunalité, pilote la réalisation des actions et préside le comité de projet installé dans sa commune ;

– les partenaires régionaux et locaux, publics et privés, agiront concrètement dans les périmètres définis dans la convention, par des investissements nouveaux et/ou un renforcement de leurs interventions ;

– le préfet de département coordonne les services et mobilise les moyens de l’État pour le projet. Il assiste au comité de projet au sein de chaque commune et signe la convention pluriannuelle ;

– le préfet de région, les représentants régionaux des partenaires et le représentant du conseil régional forment le comité régional d’engagement ;

– le Commissariat général à l’égalité des territoires coordonne l’ensemble du dispositif. Il anime le comité technique national (ministères et partenaires) et le centre de ressources.

J’ai veillé personnellement à la bonne instruction de ces 2 dossiers par les ministères, en lien étroit avec les élus d’Arles et Tarascon, et avec la présidence de l’ACCM. J’ai insisté sur leur sensibilité auprès des cabinets ministériels. Je suis heureuse que cette unité d’action emporte une décision favorable de l’Etat.

Il est essentiel que les 2 collectivités et leurs partenaires puissent maintenant passer rapidement à l’action, car les centres-villes d’ARLES et TARASCON sont en réelle difficulté ; face au syndrome des vitrines vides, et au sentiment de déclassement des habitants et commerçants, la succession de plans des 30 dernières années n’ayant pas fait ses preuves.

Le Gouvernement a décidé d’un plan d’envergure pour une vraie redynamisation des centres-villes.

Je compte sur tous les partenaires de ces 2 dossiers pour que les attentes de nos concitoyens soient enfin satisfaites : le travail commence.